Madagascar

Madagascar

24/09/2018 – 6/11/2018 

 
** Warning : This blog may be quite long to read. More than one attempt may be needed to go through 😉 . I guess we had a lot say. Hope you will enjoy the reading! Please don’t hesitate to comment, we like  hearing from you!
 
**Attention : Ce blog risque d’être long à lire. Vous aurez peut-être besoin de plus d’une tentatives pour le lire en entier. 😉 Je crois bien qu’on en avait long à dire. N’hésitez pas à écrire des commentaires, ça fait toujours plaisir de vous lire!
 
1. Update – Mise à jour
 
Since the end of september, we are riding our bicycles in Madagascar. Or at least, we are trying to do so. Since we had so many unexpected adventures (political tensions, bad weather and stomach issues), it turned out that we didn’t cycle that far. Let’s first have a look at our route on the island. 
 
Depuis la fin septembre, nous parcourons Madagascar à vélo. Du moins, nous essayons… Puisque nous avons fait face à plusieurs imprévus (tensions politiques, mauvais température, tourista, etc…), je dois dire que le compteur de kilomètres ne s’est pas dévergondé. Regardons ensemble le trajet parcouru sur cette grande île africaine.
 
 
Country/Pays Km
Switzerland / Suisse 600
France 600
Madagascar 1200
Total 2400
 
2. Madagascar
 
Madagascar, officially the Republic of Madagascar, is an island country in the Indian Ocean, off the coast of East Africa. The nation comprises the island of Madagascar (the fourth-largest island in the world), and numerous smaller peripheral islands. Following the prehistoric breakup of the supercontinent Gondwana, Madagascar split from the Indian peninsula around 88 million years ago, allowing native plants and animals to evolve in relative isolation. Consequently, Madagascar is a biodiversity hotspot; over 90% of its wildlife is found nowhere else on Earth. The island’s diverse ecosystems and unique wildlife are threatened by the encroachment of the rapidly growing human population and other environmental threats. (Wikipedia, 2018)
 
Madagascar, en forme longue la République de Madagascar, est un État insulaire d’Afrique constitué d’une grande île de l’océan Indien que le canal de Mozambique sépare du reste du continent. C’est la cinquième plus grande île du monde après l’Australie, le Groenland, la Nouvelle-Guinée et Bornéo. Longue de 1 580 km et large de 580 km, Madagascar couvre une superficie de 587 000 km2. Sa capitale est Antananarivo (Wikipédia, 2018)
 
Madagascar est unique pour sa biodiversité. Plus de 90% de ses animaux ne vivent nul part ailleurs sur la planète. Malheureusement, ses divers écosystèmes et sa faune unique sont menacés par la population humaine grandissante et d’autres facteurs environnementaux (traduction libre de wikipedia (anglais)).
 
2.1 Facts box –  La boîte aux faits 
 
According to Lonely planet (2016):
  • Official languages : Malagasy and french
  • Currency : Ariary  ( 1CAD = 2500 Ariary, 1euro = 4000 Ariary)
  • Population : 23.8 million
  • Poverty (<US$2 a day) : 92%
  • Literacy : 64.7%  
  • Children going to primary school : 69%
  • Students who carry on to university : 1%
  • Belief systems :
    • 52% Indigenous
    • 41% Christian 
    • 7% Muslim 
  • Population per square kilometer : 33
  • Malagasies having a bank account : 6%  (one of the lowest rates in the world)
  • Madagascar’s economy mainly subsistence : agriculture
  • Households that have drinking water : 38.9%
 
Selon Lonely Planet 2016:
 
  • Langues officielles : Malgache et français
  • Monnaie : Ariary ( 1CAD = 2500 Ariary, 1euro = 4000 Ariary)
  • Population : 23.8 million
  • Pauvreté (< 2$ US par jour ) : 92%
  • Alphabétisation : 64.7%
  • Éducation primaire : 69%
  • Éducation universitaire : 1%
  • Croyances / religion  :
    • 52% Indigène
    • 41% Christiannisme
    • 7% Musulman
  • Population par kilomètre carré : 33
  • Population ayant un compte de banque : 6% (un des taux les plus bas dans le monde)
  • Foyers ayant accès à de l’eau potable : 38.9%
 
 
 
 
2.2 Our impressions – Nos impressions
 
According to our experience, visiting Madagascar is at low risks of leaving anyone free of mixed emotions. It’s a delight to see the natural beauties and the fascinating wildlife of the country, and difficult to deal on a daily basis with its poverty or human reaction to poverty.
 
It seems that there is a long tradition of seeing foreigners as very wealthy people who give away their money to anyone they see on the road. As a consequence, an average of one Malagasy out of two who meets a foreigner (white skin) on the road is asking them for money, pens, candies, jam, and so on… Since poverty is a fact, many Malagasies don’t have occupation during the day and mostly hang out along the main roads. If adding up these two informations and our mode of transportation (cycling along the main roads), it turns out  that we have to deny giving people what they are asking for, for the major part of the day along road 7, the most touristy road in Madagascar. It’s difficult to imagine that someone can stay unmoved from a situation like that.  
 
Going east at the end of our trip, on a less touristy road, allows us to enjoy Madagascar’s beauties without, more or less, the begging part. It gives us a different feeling of the country, a much more appreciated one. 
 
Seeing as much poverty can be tricky for the tourists. Along the road, we meet tourists with different strategies. Some bring gifts (pens, notebooks, skipping ropes, etc…) from abroad and give them to children throughout their trip. Others offers food to anyone begging for something, whatever it is. It seems to us that everyone wishes in their way to help Malagasies.
 
We naturally opt for the way which can appear severe. We decide to not give anything to anyone asking for it. Our way of helping is rather in going to local restaurant, eating sometimes from stalls along the road and choosing local hotels. 
 
We still feel quite relief when we read an official pamphlet in Fianarantsoa, after one month travelling through the country, explaining why  it is important not to give gifts or money to locals. According to it (very briefly summed up), it may keep children out of school and help contributing to the illegal organisation asking children to beg and making money out of it. 
 
Selon nous, voyager à Madagascar est naturellement assaisonné d’un mélange d’émotions. C’est tout d’abord tout simplement délicieux de pouvoir apprécier ses splendeurs naturelles et sa faune impressionnante. Par ailleurs, il est difficile de voir et de savoir agir devant autant de pauvreté.
 
Il semble y avoir une tradition de longue date à Madagascar. Un local voyant un étranger (peau blanche) sur la route lui demande quasi automatiquement de l’argent, des bonbons, de la confiture, etc…  De plus, plusieurs personnes sont sans occupation, donc traînent sur le bord des routes principales. En additidionnant ces deux facteurs avec le fait que nous voyageons à vélo, il est facile de comprendre que nous passons la majorité de notre journée à refuser de donner aux quêteux. Ce problème est manifestement plus important le long de la route 7, une route particulièrement touristique. C’est difficile d’imaginer que quelqu’un puisse demeurer indifférent devant un tel phénomène. 
 
C’est seulement au cours des deux dernières semaines de notre voyage, en se dirigeant vers l’est sur une route moins touristique que nous apprécions les magnifiques paysages et la culture du pays, en étant largement moins sollicité par les quêteux. Drôlement plus sympathique comme expérience! 
 
Devant autant de pauvreté, nous constatons qu’il est difficile de savoir comment bien agir. Nous rencontrons des touristes laissant des cadeaux (stylos, cordes à danser et autres) aux enfants, d’autres offrant seulement de la nourriture aux demandants. Bref, tous nous semblent bien intentionnés à l’égard des Malgaches peu fortunés. 
 
De notre côté, nous optons d’embler pour la version qui peu paraître sévère et ingrate, soit ne rien donneŗ aux personnes qui quêtent. Je dois avouer que j’ai mal au coeur plus qu’une fois à regarder ces visages, parfois insistants. Mais pour nous, notre façon d’aider, c’est de voyager dans leur pays, acheter des produits locaux et se loger dans des hotels malgaches. Bref, participer à l’économie du pays.
 
Lors du voyage de retour, nous sommes tombés sur un dépliant officiel explicant les enjeux concernant la  mendicité chez les enfants et le tourisme. Nous n’avons malheureusement pas pris de photos pour pouvoir l’attacher au blog, désolée. En bref, celui-ci déconseillait tous dons d’objet ou d’argent afin de favoriser le maintien des enfants à l’école plutôt que sur le bord des routes, et d’éviter d’entretenir les organisations illégales qui engagent ces jeunes pour mendier. Soupir de soulagement… Notre façon d’agir me semble à présent doublement justifiée. 
 
 
 
3.Malagasies – Les malgaches
 
Madagascar’s first settlers came from Southeast Asia and were soon joined by migrants from neighbouring Africa and the Arabian Peninsula. This melting pot of Indian Ocean populations evolved in distinct kingdoms, which were only brought together as a unified people in the 18th century, and after much resistance. ( Lonely Planet, 2016)
 
The french eventually claimed Madagascar as their own in 1896, and they retained it until 1960. 
 
Political situation has been more or less unstable since then. On november 7th, there is the first round of the 2018 election. 36 candidates are trying to be elected. Considering its past difficulties and the tension growing, we are flying out of the country on november 6th. 
 
Les premiers colons à Madagascar sont arrivées de l’Asie du Sud Est. Puis, rapidement, des immigrants du continent africain et de la péninsule arabe se sont joint à eux. Ce mélange culturel a évolué en royaumes distincts sur l’île, qui se sont seulement unifiés au cours du 18e siècle et ce, après beaucoup de résistance de la part des différentes tribus. (traduction libre de Lonely Planet, 2016)
 
Les français ont ensuite pris possession de l’île en 1896, et elle est restée sous leur emprise jusqu’en 1960. La situation politique demeure plus ou moins instable depuis ce temps. Le 7 novembre 2018 se tiendra le premier tour des élections malgaches. 36 candidats se présente à l’élection. Considérant les difficultés passées et la tension montante, nous prenons notre vol en direction de l’Afrique du Sud le 6 novembre. 
 
 
Malagasies working in tourism are normally very polite, helpful and pleasant compagny. We appreciate as well the openess with which a lot of the inhabitants along the road were greeting us : either with  a  loud “Salut Vazhar!!” (hello foreigners!!) probably out of curiosity and excitment, or a shy ”Bon voyage” (good travel) for the most reasonnable ones. Here are some picture of the population. 
 
Les malgaches travaillant dans le domaine du tourisme sont normalement polis, aidants et d’agréable companie. Nous apprécions également la spontanéité des habitants le long des routes nous saluant avec soit beaucoup de confiance, nous criant dans les oreilles ” Salut Vazhar! (étranger)” ou soit, plus discrètement, nous souhaitant ”bon voyage”. Une chose est sûre, on ne passe pas inaperçu quand on a la peau blanche à Madagascar!!
 
 
The Malagasy national sports are petanque and ”Baby foot”
 
Les sports nationaux malgaches sont la pétanque and the ”Baby foot”
 
 
3.1 Agriculture 
 
Madagascar’s economy mainly subsistence is agriculture, with rice, cassava, bananas and maize as the main food crop. The principal cash crops are coffee, vanilla, lychee, cloves and cocoa (Lonely Planet, 2016). Here is what we see along the roads. 
 
L’économie malgache vit essentiellement de l’agriculture. Le riz, le manioc, les bananes et le maïs sont les principales cultures en terme de quantité. Par ailleurs, le café, la vanille, les litchis, le girofle et la cacao rapporte le plus d’argent (traduction libre du Lonely Planet, 2016). Voici ce que nous observons le long des routes.
 
Rice – Riz
 
 
 
Prescribed fires – Feux dirigés
 
 
 
Flowers – Fleurs
 
 
 
Fruits & Veggies – Fruits et légumes
 
 
 
Silk
 
 
Rubber
 
 
 
3.2 Industry – Industrie 
 
Madagascar has mainly hand production industry. We observe it very ofter along the main roads. Even if their production is basic, they apparently are quite autonomous to fulfill the basic needs of their population. 
 
La définition du mot industrie prend un tout autre sens à Madagascar puisque tout est produit à la main. Nous pouvons le constater régulièrement en cours de route. Cependant, le pays est apparemment autonome (ou presque) dans la production des produits essentiels au bien-être de sa population.
 
 
Bricks – Briques
 
 
Quarry – Carrière  
 
 
Charcoal – Charbon
 
 
Wood – Bois
 
 
 
3.3 Art production – Fabrication d’objet d’art
 
Malagasies seems to us creative people. We see many objects such as basket, statues, hats, toys and drawings that are sold along the road. We normally can see them working on their art right behind their stalls. 
 
Les Malgaches sont très créatifs. Ils fabriquent paniers, statues, chapeaux, jouets, peintures et plus encore, de leurs propres mains. Souvent, on peut les voir travailler à côté de leur kiosque de vente.
 
 
 
4.Along the road… – Sur la route…
 
4.1 Attractions
 
Ramanafona National Park – Parc national Ramanafona
 
 
Tsaranoro National Park – Parc national Tsaranoro
 
We stay at Tsarasoa hotel for 4 days. We also hike two days in the valley and do a short day hike to  Cameleon peak. 
 
Nous logeons à l’hotel Tsarasoa pendant 4 jours. Durant ce temps, nous faisons une randonnée de deux jours dans la vallée et une courte marche jusqu’au sommet du mont Caméléon la journée suivante. 
Tsaranoro Valley – Vallée Tsaranoro
 
 
Cameleon Peak – Mont Caméléon
 
 
Isalo National Park – Parc national Isalo
 
Even if the park is apparently beautiful, we finally decide not to go in, having the impression that it is a ripoff (about 50 euros for half a day hike). Still, we have a brief look at it riding on road 7 and stopping at Maison de l’isalo, a free information center about the park. 
 
Malgré qu’il est renommé pour sa grande beauté, nous décidons de ne payer entrer dans le parc en raison des prix anormalement élevé (50 euro ou 75$ canadien pour une demi journée de randonnée). Nous nous contentons donc de le contourner depuis la route 7 et de visiter son agréable centre d’interprétation, la Maison de l’Isalo. 
 
 
Andasibe national Park – Parc national d’Andasibe
 
 
 
4.2 The cities and villages – Les villes et villages
 
Tana
 
Antsirabe
 
Ambositra
 
Fianarantsoa
 
Villages 
 
 
4.3  The roads – Les routes
 
Road 7 – Route 7
 
Riding from Antananarivo to Ranohira
 
Nous roulons en direction sud sur la route 7 depuis Antananarivo jusqu’à Ranohira.
 
 
We hire two different drivers to bring us almost back to Antananarivo since we don’t like backtracking. Unfortunately, it is not as much fun for Audrey who still suffers from motionsickness…
 
Pour le retour, nous engageons deux chauffeurs pour deux différentes sections afin de nous éviter de revenir sur nos pas. Pas facile pour Audrey qui a encore et toujours le mal des transports. 
 
 
Side roads
 
 
Road 2 -Route 2
 
 
5. Accomodation – Se loger
 
At least according to Audrey (m@x is more wild), it seems like wild camping was not much of an option. There are not many isolated spots to find along the main road. We then appreciate the comfort of hotels for 15-20$ CAD per night or 10-15 euros per night for most of our journey.
 
Du moins selon moi, faire du camping ne semblait pas une option réaliste. Il existe peu d’endroits sans habitant le long des routes principales. Nous avons donc sauté d’un hôtel à l’autre pour la majeure partie de notre voyage pour la modique somme de 15-20$ CAD ou 10-15 euros par nuit.
 
 
 
6. Wildlife – Les animaux
 
That was a real treat as 90% of the wildlife is unique to Madagascar. 
 
Voir autant d’animaux exotique était un pur plaisir! 90% de la population animale de Madagascar est unique au monde. 
 
Lemurs – Lémuriens
 
 
Lizards – Lézards
 
 
Cameleons & Gecko – Caméléons et gecko
 
 
Other animals – Autres animaux
 
 
 
7.Food – La nourriture
 
It’s possible to find almost everything once someone know where to look at in Madagascar. Most Malagasies dish are made of rice and meat. But since they are closely influence many cultures, hotels offer many international meals.
 
On peut trouver de tout à Madagascar! Un plat typique malgache est composé de riz et de viande. Toutefois, vu les influences culturelles mondiales, les hotels offrent une gamme intéressante de plats variés.
 
Plats Malgaches 
 
 
Plats internationaux
 
 
 
8. Intriguing sights – Des visions intriguantes 
 
Obviously, travelling in such a different country from our own culture make us feel that there are a lot of intriguing sights around.
 
Évidemment, lorsqu’on voyage dans un pays ayant une culturelle si différente de la notre, plusieurs choses nous surprennent. 
 
 
Apparently, the cultural shock is when people have difficulties to adapt to the differences between the traveling and the origin country. It took us a long time, but Audrey finally jumped all in! She started walking without shoes on like half of Malagasies, wealthy or not! (lol)
 
Apparamment, le choc culturel se définit comme étant la difficulté à s’adapter aux différences entre le pays d’accueil et le pays d’origine. Ça m’a pris un moment, mais je crois bien que je me suis adaptée finalement! Je me suis mis à marcher nu pied, comme la moitié des malgaches, riche ou pauvre (lol)!
 
 
9. Lost in translation – Nos premiers pas malgaches
 
Since Madagascar was a french colony for over 60 years, Audrey (and Max) had quite an advantage for discussing with the population. In fact, french is tought in schools and most of the touristic activities are done in french. 
 
In order to feel closer to the inhabitants, we learned a few Malagasy words. Here is the extent (still limited) of our progress.
 
Bien entendu, étant un pays colonisé pendant plus de 60 ans par les francais, j’avais déjà de bons outils en main. En fait, le francais est enseigné à l’école et la majorité des activités touristiques se déroulent en francais.
 
Question de se sentir plus près de la population, et parfois par nécessité pour se faire comprendre, nous avons appris quelques mots malgaches. Voici l’étendu (très restreint) de  nos progrès.
 
 
English Francais Malagasy / Malgache
Hi Salut Salam
Welcome Bienvenue Tonga soa
Good travel Bon voyage Soava dia
Thanks Merci Msoch
Two Deux Rua
Bye Aurevoir Veloma
 
 
9.Unexpected adventures – Nos imprévus
 
9.1 Sleeping at the convent – Dormir au couvent 
 
On a long planned biking day, a local suggested that we sleep at the nuns in Zazafotsy (85km riding) instead of completing the 115km to get to the next official hotel. We gave it a try and we were very welcomed! They gave us a nice clean and basic room and fed with more food than we could eat. The overall ambiance was still… “religious”. Hard to describe it otherwise. Hearing them praying and singing most of the time seems to make this description appropriate. And we still have a laugh when we think of a question ask by one of the nun at dinner : Are you catholic or protestant? Its seems that there were no other option possible according to her 🙂 Sorry no pictures. We were a bit shy to take some…
 
Après une longue journée de vélo planifiée, un local nous avait conseillé de s’arrêter à Zazfotsy (85km plus loin) chez les soeurs nazaréennes plutôt que de compléter les 115km nous séparant du prochain hôtel. Nous l’avons pris au mot et nous avons été accueillis comme des rois! Les soeurs nous ont offert une simple chambre bien propre et nous ont gavées de bonne nourriture en grande quantité. L’ambiance était “religieux” (je ne sais comment d’autre la décrire), les écoutant, de loin, chanter des psaumes et réciter des prières. Nous avons bien rit (après coup) de la fameuse question d’une des soeurs qui parlait un peu le français : “Êtes-vous protestant ou catholique”? Il ne semblait pas y avoir d’autres options possibles selon elle  🙂 Désolée, aucune photo à l’appui. Ça nous gênait un “ti-peu” d’en prendre. 
 
 
9.2 Sick, again? – Encore malade?
 
Oh yes, Audrey has been sick again. Nothing very serious this time, just the traveller’s diarrhea. Unfortunately, it kept her weak for almost a week. So m@x had forced vacations 😉
 
Et oui, apparamment il faut toujours que je tombes malade. Cette fois, une simple tourista mais qui m’a gardé dans un état un peu moche pour une semaine. M@x a donc été, par défaut, mis en congé forcé 😉
 
 
10. Wear and tear – Compilation des bris 
 
m@x has again issues with his front wheel dyanmo hub. Hope we can a solution for that soon. And first flat tire on m@x’s bike!
 
Une fois de plus, le moyeu dynamo de m@x fait des siennes. En espérant qu’on puisse trouver une solution appropriée sous peu. Et première crevaison sur le vélo de m@x.
 
 
 

2 thoughts on “Madagascar”

  1. Salam vous rua
    Msoch, pour ce fabuleux blog.
    Je viens de passer plus d’une heure en votre compagnie.
    J’ai beaucoup aimé, les fleurs, les animaux et l’art. J’aime le style de ces toiles. Votre récit était très intéressant, mais pas assez pour que je mette Madagascar sur ma liste de souhaits de voyages. Le voir avec vos yeux me suffira. J’ai été surprise du manque de verdure et surtout de la triste pauvreté.
    Ici, l’automne est sombre, froid et pluvieux. Le soleil ne s’est pas montré depuis une semaine. Si non, tout va bien, on tient la forme : -)
    Veloma Max et Audrey

  2. Haaaaa! Vous me donnez le goût de repartir encore! Déjà!!!
    Quel magnifique récit et superbes photos!
    Je comprends votre inconfort face à la pauvreté et aux mendiants.
    Ce qu’on a apprécié de l’Indonésie était justement que les gens, enfants comme adultes, étaient très accueillants, entraient en contact avec nous (“What is your name” “Where do you come from”) mais ne nous demandaient jamais rien. Autre continent, autre pays, autre culture, autres habitudes.
    C’est aussi ce qui fait la beauté des voyages: découvrir et s’adapter à ces différences.

    Bonne suite à vous deux!

Leave a Reply

Your email address will not be published.